Rénovation des Halles de Tours : le dialogue de sourds entre les commerçants et le maire


Les Halles de Tours / © Marine Rondonnier- France 3 Centre Val de Loire

Hier, 70 commerçants des Halles de Tours ont publié une tribune pour rejeter le projet du maire qu’ils jugent trop important. Christophe Bouchet, maire de Tours (Parti radical), a réagi en assurant que le projet se fera avec les commerçants. Reste à se mettre d’accord.

Par Marine RondonnierPublié le 12/09/2019 à 17:55 Mis à jour le 13/09/2019 à 11:04

On n’est pas contre un projet. On est contre ce projet qui est beaucoup trop important et qui mettrait beaucoup de commerces en péril vis à vis de l’ampleur des travaux. 

Guillaume Guibert, boucher et vice-président de l’Union des commerçants des Halles de Tours est un des 70 signataires de la tribune publiée hier qui s’oppose au projet actuel de rénovation des Halles de Tours. 

 ► La tribune à lire ICI

Les craintes des commerçants : des travaux trop importants qui nuiraient au commerce

Ce qui inquiète les commerçants des Halles de Tours c’est le phasage des travaux présenté par Icade qui a emporté l’appel à projets. «  50 % du bâtiment serait détruit, pour être relocalisé. On aurait une perte de fréquentation avec une circultaion perturbée. Les pertes de chiffre d’affaires vont être énormes vu l’ampleur des travaux » explique Guillaume Guibert. 


70 commerçants des Halles de Tours ont signé une tribune contre le projet actuel de rénovation des Halles. / © Paul Thiry-France 3CVDL

Dans la tribune des commerçants on peut lire que « nous adhérons à un projet de rénovation des Halles qui préserve, développe et continue de mettre en valeur notre savoir-faire inégalable, » mais « nous voulons que le quartier des Halles, village économique et véritable poumon du centre ville de Tours ne devienne ni un centre commercial, ni un quartier résidentiel. Nous rejetons pour toutes ces raisons le simple projet immobilier imposé par Icade et la seule plus-value immobilière envisagée par la Mairie de Tours. « 
 

Tribune signée par 70 commerçants des Halles à Tours / © Union des commerçants des Halles de Tours
Tribune signée par 70 commerçants des Halles à Tours / © Union des commerçants des Halles de Tours


Le projet de rénovation des Halles de Tours d’Icade dévoilé en novembre 2018 : 

Réponse de Christophe Bouchet, maire radical de Tours : « j’entends leur inquiétude mais le projet se fera avec les commerçants »

Le projet de rénovation des Halles de Tours est en train de devenir le nouveau serpent de mer de Christophe Bouchet, maire radical de Tours. «  J’ai vu leur communiqué très positif. Ils veulent un projet au-dela de la spéculation immobilière et d’un centre commercial. Ce projet se mènera avec eux. Nous avons choisi cet opérateur avec les voix des commerçants. Je ne veux pas passer en force. On a demandé aux commerçants de désigner des représentants, ce qui a été fait  fin juillet. Va commencer une série de réunions avec des études techniques. « 

Sur les questions d’accessibilité et la baisse de fréquentation, Christophe Bouchet répond aux commerçants : «  Nous n’avons pas encore proposé de solutions pour l’accessibilité et la fréquentation. Nous devons encore faire des études pour les présenter aux commerçants et aux riverains. On va mettre sur la table tous les projets qui vont être faits. Chaque commerçant sera impacté pendant 6, 12 ou 18 mois maximum et non pendant 5 ans. Il y aura des indemnisations.  En plus on va augmenter de 200 places le nombre de places de parking »

Et d’ajouter : « La somme des peurs ne fait jamais un projet. A ne rien faire, ça va aboutir à beaucoup plus d’ennuis. De toute façon, il y a une nécessité absolue de remettre ce bâtiment aux normes. L’Etat nous donne du temps parce que nous avons un projet. Le dossier technique est tellement lourd qu’il faut un peu de temps pour apporter toutes les réponses attendues. « 

Reste à reprendre le débat avec les commerçants sur des bases techniques. 

Calendrier et budget du projet : 

Le projet doit couter 50 millions, prévoit la création d’une cinquantaine de logements et d’étendre la surface commerciale en la faisant passer de 2500 à 10 000 carrés. Le chantier doit commencer par des phases d’études archéologiques et urbanistes fin 2020-début 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *